Il resonne un cliquetis de clefs, le roulement d’un chariot a bagages et, continue toujours, l’activite

Cabissol commenca: –C’est une histoire qui est arrivee il y a plus de cent ans, a en croire du moins mon grand-pere qui me la repetait souvent lorsque j’etais tout petit: =LE PURGATOIRE DE FRERE PANCRACE= Deux bons moines queteurs, charges comme des anes, cheminaient peniblement dans les sentiers montants et rocailleux. J’espere que cette fois vous vous tromperez.

C’est drole, vous m’avez remue le sang.

Peuh! ils etaient trente contre trois, dit Sandri.

Son costume tout de velours noir, d’une coupe exceptionnelle, tranchait avec la paleur mate de son teint, et ajoutait encore s’il est possible a l’aspect saisissant de tout son individu. Dominique se leva, et prit conge de sa famille. Parmi les officiers qui composaient l’etat-major du president et qui retournerent avec lui au palais, se trouvaient don Melchior de la Cruz, don Antonio Cacerbar et don Jaime. Lorsque le conseil fut enfin leve, le President se retira dans ses appartements, afin de prendre ses dernieres dispositions, mettre ordre a ses affaires personnelles, et bruler certains papiers compromettants qu’il ne voulait pas laisser derriere lui. Mais je crains qu’il ne vous cause un grand ennui. Tonia! dit-il (et il la prit dans ses bras), ne sois pas si mechante. . Ce moyen est bon, je l’approuve; ah! Souviens-toi de ceci: les papiers sont a part; chacun, d’eux s’il en vaut la peine, te sera paye trois onces; si tu te trompes ce sera tant pis pour toi, tu ne toucheras rien. . Vous en etes sur, illustre commandant? –!_Caray_! Si j’en suis sur! –Eh bien, je crois que vous vous trompez. A peine le dernier cri lointain de Panuce: I, l’ai! s’eteignait-il tout la-haut, au detour de la draye, sous les pinedes, que le paysan Marius Mangeosebe surgit devant Pancrace.

Il y voit la nudite de Marceline; il se retient pour ne pas l’etreindre. Que si le diable vous tue, profera Pastoure le taciturne. Maurin, dans son costume de chemineau chasseur, a peine entre dans le cabinet du ministre qui le recut debout, commenca ainsi: –Avec votre permission, monsieur le ministre, je prendrais bien une chaise–pourquoi je suis un peu fatigue etant venu a pied de Cogolin, comme mon chien pourrait vous le dire, mais je l’ai laisse a l’auberge–pourquoi il est encore plus fatigue que moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.