De telle sorte que, sur un million de spectateurs, il n’y en aurait probablement pas un

Ici, le costume de Phèdre, tel qu’il est composé à la Comédie-Française, a bien le caractère qui lui convient.

Chacune des deux méthodes que j’oppose l’une à l’autre a ses vertus et ses défauts: ce n’est pas ici le lieu de les comparer entre elles.

Plus tard, quand tout ce bonheur se sera abîmé dans la détresse de son coeur, toute cette mise en scène servira encore, par contraste, à accuser plus fortement la désespérance de Fritz.

.

Combien seront différents les effets que l’on devra se proposer d’obtenir dans la représentation de _l’Ami Fritz_, de MM. Il y a là une heureuse hiérarchie dans les effets. L’idéal pour un directeur, serait de n’avoir à monter que des pièces qu’on pût représenter dans un décor banal.

Quelle que soit la distance ou quel que soit le temps, d’ailleurs, on descend du général au particulier en proportion de la connaissance que nous possédons du milieu représenté.

Toutefois, cette ambition n’avait pas eu jusqu’alors de visée plus haute que celle de plaire directement aux spectateurs, et de renforcer la puissance dramatique en dirigeant sur nos yeux ses effets les plus romantiques. Je prendrai un exemple dans _l’Ami Fritz_. Il est réglé à la Comédie-Française d’une manière tout à fait remarquable, et les mouvements de la figuration peuvent s’y comparer aux évolutions savantes et mesurées des choeurs antiques. Leur action différente sur l’esprit du spectateur. Si, par suite de circonstances fortuites, les hommes d’une génération ont été à même d’observer plus souvent ou mieux que ceux qui les ont précédés un certain ordre de faits, l’idée qu’ils en conçoivent sera sensiblement différente de celle qu’en possédaient les générations antérieures; et le comédien, s’il a de l’intuition et de la pénétration, ne se contentera plus pour les représenter des traditions de métier, mais modifiera son jeu de manière à reproduire l’image actuelle et à trouver sa ressemblance exacte. Tous les faits quelconques dont nous sommes chaque jour les témoins oculaires se présentent à nous; tandis que, lorsque le souvenir de ces mêmes faits nous revient à la mémoire, ceux-ci se représentent à notre esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *